Eloge de la folie à la Maison de Victor Hugo.

Lire dit-elle


« Puisque Dieu, t’enfermant dans la cage charnelle,

Pauvre aigle, te donna l’aile et non la prunelle,

L’âme et non la raison… »

– Victor Hugo, Les voix intérieures, au vicomte Eugène H., 1837

Une Histoire de la folie à l’âge classique (en Occident) a été publiée par Foucault en 1972. Ce texte de référence insiste sur la réclusion, qui a été le propre de l’Occident pour traiter la question de « aliénés », longtemps assimilés aux lépreux, aux asociaux, aux « incurables », jusqu’aux « maniaques » et « mélancoliques », hystériques et hypocondriaques, tous entravés et « enfermés », d’une façon ou de l’autre.

Enfermés en eux-mêmes d’abord, enfermés par leur différence, par leur comportement, par leur angoisse, par le regard qui est porté sur eux. Dans un très beau livre, Dans la nuit de Bicêtre, paru en 2006, l’écrivaine Marie Didier a fait resurgir…

View original post 1 098 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s